Yuusha no Furi mo Raku Janai — Riyuu ? Ore ga Kami Dakara Chapitre 7

Chapitre 7: La Violence des Mots et Étude Intensive pour l’Examen

À la taverne de l’auberge.
J’ai invoqué le statut des 3 voyous.

——————–
【Statut】
Nom : Saz
Job : Bandit
Classe : Épéiste Niv 22
Élément : 【Terre】
【Équipement】
Arme : Épée de Glace d’Exorcisme 【Objet Volé par Meurtre】 :  Ajoute des dégâts de glace sur les monstres
Armure : Cotte de Mailles 【Objet Volé】 : Héraldique

【Statut】
Nom : Maz
Job : Bandit
Classe : Archer Niv 18
Élément : 【Vent】
【Équipement】
Arme : Arc Leste 【Objet Volé】 : Peut tirer continuellement, Améliore la Précision
Armure : Vêtements de Fée 【Objet Trouvé】 : Améliore la Précision et la Volonté

【Statut】
Nom : Gaff
Sexe : Masculin
Âge : 30
Race : Humain
Job : Chef de Bandits
Classe : Guerrier Niv 34
Élément : 【Feu】
【Équipement】
Arme : Épée Large Explosive 【Objet Volé par Meurtre】 : Ajoute des dégâts d’explosion, Faible probabilité de provoquer une Mort Instantanée
Armure : Armure d’Écailles de Chimère 【Objet Volé par Meurtre】 : Améliore l’Agilité, Sans Poids, Flottant
——————–

J’ai omis les valeurs numériques parce qu’ils étaient de la petite vermine.
L’important, c’est leur job : 【Bandits】.
Je pensais qu’ils étaient louches, mais leur job était tout aussi affreux.
S’ils avaient été des 【Voleurs】, ils auraient pu être des [Envahisseurs de Labyrinthes = Aventuriers].

Et leurs équipements.
【Objet Volé】 et 【Objet Trouvé】.
Un 【Objet Volé par Meurtre】 est un objet obtenu en tuant et dépouillant quelqu’un.
Et bien sûr, même les vêtements ordinaires et les accessoires sont des objets volés.

Ils sont encore pire que je ne le pensais.

*

Je suis venu à la table où se trouvaient les bandits.
Ils se sont mis à sourire comme s’ils se moquaient de moi.
« Kestu veux, mendiant. »
« Il en a bien l’air avec sa tronche et ses vêtements. »
« Il a une femme qui paye pour lui, après tout. »
*Gyahaha*, les hommes riaient avec une voix affreuse.

Pendant un moment, j’allais lâcher prise, mais j’ai serré les dents et j’ai enduré.
 Endure, moi. Mon futur glorieux sera détruit si je fais preuve de violence ici.

J’ai respiré un grand coup et retenu ma colère.

Je regardais de haut Gaff qui était assis sur le côté.
« Vous êtes bruyants. Je vais appeler les gardes. »
« Mais oui mais oui, appelle-les. Tout ce qu’on fait, c’est boire joyeusement dans cette taverne. »
« Vraiment ? »
« Comme si quelqu’un pouvait se faire arrêter pour avoir fait du boucan dans une taverne. »
Gaff se mit à rire en montrant ses horribles dents jaunes.

Je m’approchais et lui murmurais.
« Vraiment ? Ton épée et ton armure ne sont pas à toi, tu sais ? Ce sont des objets avec des noms. Tu vas avoir des ennuis s’ils découvrent que ces objets ne t’appartiennent pas, pas vrai ? »
« Q-quoi ! »
La couleur de ses yeux change.

Je le regarde de haut en souriant.
« Partez en silence. Et ne revenez jamais. Faîtes ça et je n’appellerais pas les gardes. Ce serait mauvais pour toi si tu as des ennuis avant l’Examen des Héros, pas vrai ? »
« Grrr ! Toi ! »
Je regardais Gaff. Son visage était sale et barbu. Ses yeux étaient crottés.
Les deux autres bandits s’échangeaient des regards alors qu’ils observaient la situation.
Surprennament, ces deux-là étaient plutôt malins.

Gaff se leva brusquement. Il secoua la table et fit tomber la chaise.
« Prépare-toi bien à l’Examen des Héros! N’essaye pas d’échouer à l’examen écrit ! J’vais m’amuser à t’réduire en p’tits morceaux! »
« Je vois. Il n’y a donc aucun problème que quelqu’un meure durant l’Examen des Héros. »
Je souriais de façon macabre.

Uh, les bandits retiennent leur respiration face à mon intensité.
Gaff se redressa immédiatement et cracha sur le sol.
« Keh, allons boire ailleurs ! »
Il essaye de quitter la taverne en secouant ses épaules de façon arrogante.

Je l’appelle de derrière.
« Oi, dis-donc. Il faut payer. »
« Tch ! »
Gaff sortit une grande pièce d’or de sa poche et la jeta au vieux gérant.
Et il est parti avec ses larbins.

*

La taverne était devenue calme.
L’atmosphère s’est détendue.

Je suis retourné au comptoir.
Le vieil homme me regarda avec stupeur.
« Qu-qu’est-ce que vous avez fait !? C’était de la magie ? »
« Non, je les ai simplement salués. »
Quand j’ai grimacé, Minya m’a enlacé avec ses petits bras.
« Onii-chan… merci. »
Je sentais une chaleur venant de son petit corps d’enfant.
Je lui caresse la tête. Ses cheveux courts noirs brillaient.
« Merci beaucoup. »
Minya se sentait vraiment à l’aise, elle me regardait avec les mêmes yeux que ceux d’un petit chat.

Le vieil homme était toujours surpris.
« Avoir réussi à les chasser sans faire utiliser la violence… »
Il avait sans doute penser que je provoquerais une bagarre et qu’il nous arrêtera tous.
Je ne les ai pas tués ici.
Je veux d’abord les faire payer pour avoir insulté un Dieu.

Celica a laissé échapper un soupir de ses lèvres rouges.
« Comme attendu de la part de Keika-sama. Keika-sama est vraiment digne de devenir le Héros. »
« Merci. Cela étant dit. Comment se déroule l’Examen des Héros ? »
Gaff a dit qu’il me tuerait durant l’Examen des Héros.
Va-t-il me tuer en faisant croire que j’ai eu un accident, ou le fera-t-il directement ?
Je risque d’être désavantagé si je ne sais rien là-dessus.

Celica répondit doucement et pensivement.
« L’Examen des Héros est divisé en 4 tests basés sur les caractéristiques nécessaires pour être un Héros : 『Sagesse』, 『Courage』, 『Force』 et 『Droiture du Cœur』. »
« 『Sagesse』 est donc l’examen écrit, c’est cela ? »
« En effet. »

Le vieil homme dit en caressant son menton.
« L’examen du 『Courage』, c’est la Tour des Épreuves. J’attends ça avec impatience. »
« Tu vas aussi participer, vieil homme ? »
« Ne soyez pas idiot. On ne fera que regarder. »
« Ils vont diffuser l’épreuve avec de la magie ou quelque chose du genre, hein ? »
« Exact. Il y a aussi un pari sur celui qui triomphe de la Tour en premier. »
« Je vois. »
Donc, ce sera difficile de tuer légalement quelqu’un dans la Tour des Épreuves.

Celica parle depuis le côté.
« L’intérieur de la Tour des Épreuves est un donjon, c’est comme un labyrinthe complexe. Il y a aussi des monstres et des pièges. Il faut être une équipe de 3 personnes ou plus pour défier la Tour. »
3 personnes… Ça explique pourquoi Gaff avait 2 larbins.
« On va donc devoir engager quelqu’un. Ça va nous coûter encore plus cher. »
Le vieillard grimace et rit.
« Vous voulez que je trouve quelqu’un qui fera l’affaire ? »
« Tu es sûr ? Nous n’avons pas beaucoup d’argent, tu sais ? »
« Pas de soucis. Il y a des gens qui ont accumulé les ardoises, ici. Je les ferai participer au lieu de rembourser. Je peux les rassembler en une semaine. »
Le vieillard a pris le livret sur le comptoir, léché ses doigts et commencé à tourner les pages.
« Ça nous sauve. Merci. »
« Merci beaucoup. »
Celica et moi l’avons remercié.

Ensuite, je regarde Celica et lui demande.
« Est-ce que les participants utilisent la même entrée en même temps ? »
« Non, les participants prennent des entrées séparées. On dit qu’il est assez rare qu’ils se rencontrent à l’intérieur. »
« Je vois. Nous allons donc les affronter durant la prochaine épreuve. »
Je parlais tout en caressant Minya qui continue de s’accrocher à moi. Elle ronronne. Ses oreilles de chat bougeaient comme si elles rebondissaient.

Celica répond en inclinant la tête.
« L’épreuve suivante ? Eh bien, l’examen de 『Force』 se déroule dans l’arène. Les Héros-candidats qui ont triomphé de la Tour doivent se battre en duels dans un tournoi. »
« Ça arrive que des gens meurent durant le tournoi ? »
« Oui. Faites attention. »
Ses yeux bleus remplis de lumière me regardaient avec inquiétude.

« Ne t’inquiète pas. »
J’ai caressé sa tête avec un sourire plein de confiance.
Ses doux cheveux blonds étaient agréables à caresser.
Celica rougit et baissa la tête.

L’arène, hein, c’est quasiment parfait.
Je vais le remettre à sa place devant tout un public.
Il faut aussi penser à la méthode. J’attends ça avec impatience.

Je regarde le vieil homme.
« Alors, vous pouvez nous laisser rester ici pendant un mois ? »
« Mais bien sûr. »
« Combien ? »
« C’est déjà payé. »
Le vieil homme a souri en montrant la grande pièce d’or jetée par Gaff.

J’ai involontairement souri à mon tour.
« Merci. »
« Comment vous appelez-vous ? »
« Je suis Keika. La fille s’appelle Celica. »
« Je suis Kynmerick, enchanté.  Hé, Minya ! Arrête de jouer ! Conduis ces deux personnes à leur chambre. »
« ….D’accord. »
Minya a reçu une clé des mains de son père et s’est dirigé vers les escaliers à l’arrière. Sa petite jupe secouait à chacun de ses pas et ses cheveux noirs qui descendaient jusqu’aux épaules se balançaient.
Quand elle est arrivée devant l’escalier, elle s’est retournée.
« Suivez-moi… »
Celica et moi avons suivi Minya.

*

Nous avons été conduits à une chambre dans le coin sud-est du 3ème étage.
Il y a des fenêtres au sud et à l’est, ce qui donnait beaucoup de lumière. On a aussi une belle vue.
De plus, la chambre était spacieuse et il y avait beaucoup de meubles, ça a l’air vraiment cher.
Je demandais à Minya.
« Est-ce que c’est convenable de nous laisser cette chambre ? On reste pendant un mois, tu sais ? »
« Oui… papa a donné la clé de cette chambre, donc… »
« Je vois… et toi, Celica ? »
« Eh, non… euh. »
« On peut changer de chambre si celle-là ne te plaît pas. »

Il y avait une raison pour laquelle je lui ai demandé cela..
Il n’y a qu’un seul lit. Un lit king-size était installé à côté du mur.
Alors qu’elle avait le visage rougi jusqu’aux oreilles, Celica regardait le lit en se mordant les doigts.
« J-je, ça ne me dérange pas vraiment. »
« Si tu le dis. Le lit est assez large pour 2 personnes, après tout. Minya, nous allons prendre cette chambre. »
« Oui… Keika Onii-chan. »
Minya tendait sa petite main pour me donner la clé, tandis que sa queue noire se secouait dans tous les sens. C’était une fille timide qui ne parlait pas beaucoup, mais j’ai senti que sa démarche était devenue plus naturelle.

*

Une brise rafraîchissante soufflait depuis les fenêtres ouvertes. Les rideaux blancs étaient secoués par le vent.
Je me suis assis sur le lit et j’ai tapoté l’endroit à côté de moi.
« Celica, pourquoi ne pas t’asseoir ? »
« Eh !? Maintenant !? »
« Oui, maintenant. »
Celica se mit à rougir et à agiter ses petits doigts devant ses gros seins.
« M-mais… Il est encore trop tôt… »
« Qu’est-ce que tu racontes ? On ne pourra pas réussir l’examen si on ne commence pas maintenant, pas vrai ? »
« Eh ?  Ah, c’est vrai ! Il faut étudier. »
Celica s’est immédiatement assise à côté de moi avec ses cheveux blonds ébouriffés.

Nous sommes assis côte à côte sur le lit. Comme nous étions proches, je sentais un parfum de fleur provenir de ses cheveux blonds.
« Quel genre de questions peut apparaître dans l’examen écrit ? »
« Il y aura l’histoire géographique de chaque nation et les archives des batailles contre le Roi Démon. Connaissance des armes, des armures et des objets. Les genres de systèmes magiques. Les types de monstres et les façons de s’occuper d’eux, etc. »

… Ça en fait beaucoup.
Mais ce niveau de savoir semble être basique pour un Héros à l’aventure.

 Est-ce que Gaff et sa tête d’abruti sont capables de réussir ?
Absolument impossible.
Mais il était confiant.

Il va sûrement utiliser des moyens détournés.
Je ferais mieux de vérifier ça.

Cela dit, vu que ce sont des connaissances importantes à avoir pour vivre en tant que Héros, j’ai décidé de demander à Celica de m’apprendre maintenant.
Mais c’est pénible.

Juste étudier n’était pas vraiment difficile.
L’histoire était la même que dans n’importe quel monde : les humains répétaient les mêmes erreurs, les connaissances que j’ai acquise dans les jeux pouvaient être appliquées dans les armes, les armures et les monstres de ce monde.
Les créatures similaires à celles des autres mondes et des histoires de fantasy ont les mêmes faiblesses.
Quant à la magie, il semble que la magie divine existe — le nom est différent, mais le système est le même.
La seule chose que je ne connais pas, c’est la manipulation des créatures artificielles une magie permettant de créer et commander les golems et les homoncules.
Je peux m’en sortir.

Pour l’heure, j’étais content d’avoir lu des mangas et joué à des jeux vidéos durant mon temps libre à l’époque du prosélytisme.
Mais pourquoi est-ce que je n’arrive pas à m’en réjouir sincèrement… kuh.

Au final, la nuit était déjà tombée quand on a fini.

Astuce:

Cliquer sur l'image Yuusha no Furi mo Raku Janai — Riyuu ? Ore ga Kami Dakara 7 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.