Fukushuu o Koinegau Saikyou Yuusha wa, Yami no Chikara de Senmetsu Musou Suru Chapitre 3 act 2

Chapitre 3 act 2: La naissance d’un Berserker

La naissance d’un Berserker
 
[Le jeu commencera…. D’ici dix minutes… Que le meilleur gagne et… Bonne chance !]
PISHA ! DONG !
 
Au moment ou un second coup de tonnerre retentit avec fracas, d’un seul coup la pièce ou alors tout le monde discutait, se trouva plongée dans l’obscurité totale.
 
[HIIIIIIII ! C’est la fin… ! On va tous mourir !]
 
[P-Père…. Faites quelque chose !]
 
[Hé, ne vous en tenez pas uniquement à moi !]
 
Alors que le père et le fils Da Costa criaient, la lumière revint soudainement.
A cet instant, la figure du général avait disparu dans l’ombre.
 
Voyant le comportement des Da Costa, Lucas ne pouvait que soupirer avec un léger haussement d’épaules.
 
[Ils sont entrain de tomber dans le piège de l’ennemi…]
 
[A-c’est vrai… ! Ce n’était juste qu’un cadavre manipulé par la magie de quelqu’un ! Il n y’a donc aucune raison d’avoir peur !]
 
Le Dr Rine Beneke était également nerveux, mais elle tentait tant bien que mal de rester calme face a cette situation compliquée.
 
[S’il.. Attendez juste que l’ennemi apparaisse ! Mon coup est si puissant qu’il lui fera sauter la tête ! L’escorte n’aura même pas besoin d’intervenir ! Ha…Haha... !]
 
[Père, tes jambes tremblent quand tu t’exprimes]
 
Lucas toussa afin de stopper cette conversation ridicule entre père et fils.
 
[Au fait, j’aimerais continuer notre précédente discussion. Qu’avez-vous donc fait pour provoquer ainsi la colère du Héros ?]
 
[Une chose telle que… même la colère ne peut pardonner]
Rine Beneke serrait les joues face à cette discussion
 
[Combien de fois allons-nous donc répéter cela ? tu n’as toujours pas compris ? Plus vous perdrez du temps a comprendre pourquoi  il nous en veut, plus nos chances de crever ne feront qu’augmenter]
 
[Nos chances d’y passer…]
 
Regardant ces deux pauvres êtres déglutir difficilement, Lucas continua dans ses propos
 
[Le héros est venu ici en quête de vengeance. Il adhère a une règle simple « vous me faites quelque chose, je vous renverrai quelque chose en échange de ce que vous avez commis » Cela ne va pas changer pour notre cas. Mais, ce que je me demande c’est que lui avons-nous fait ? Non ce n’est pas clair, je vais reformuler ma question pour être plus direct. Vous avez tué une chose extrêmement importante pour le héros non ? J’ai entendu des rumeurs a propos de soldats empoisonnés, plus tôt.]
 
Lucas insistait fermement, Johannes quand a lui semblait hésitant face a son discours.
Cependant, il semble que la peur ne pouvait être endurée plus longtemps, alors ils ont révélé la vérité, ce qui a suscité la colère du Héros.
 
[Une drogue a été administrée aux soldats, il s’agissait des compagnons du héros quand il était sur le champ de bataille. A la base, il s’agissait d’un médicament afin de renforcer le corps et l’esprit, que nous avions développé ici, dans notre laboratoire. Mais, suite a ça, même si les soldats ont pu terrasser leurs ennemis, les effets secondaires ont eu pour cause de tous les tuer. Je ne vois que cette raison pour avoir mis le héros dans un tel état.]
 
[Mhhh… je vois, c’est déjà un lourd motif de rancune]
 
Le directeur Da Costa secoua sa tête, son visage était rouge, tandis que Lucas le blâmait. 
 
[Seuls de simples soldats incompétents sont morts ! Tous ces soldats étaient prêts à mourir sur le champ de bataille ! Peu de personnes survivent en temps de guerre, qui plus est si elles sont envoyées au front ! Il est ridicule d’exprimer une telle colère pour si peu !]
 
[Oui le directeur a raison ! Sans notre drogue, ces incompétents seraient morts en vain !]
Tous les trois étaient morts de peurs, comme d’habitude depuis le début de ce jeu mortel.
Malgré la tension qui pesait, ils s’exprimaient tous en gardant une certaine fierté pour leur « drogue »
 
[Ce que vous dites est futile, le problème ne vient pas de l’inutilité ou non de ces soldats, mais de votre médicament.]
 
Le visage de Lucas, jusqu’à présent clair et calme, commença alors à se raidir peu à peu
 
[Le médicament que vous leur avait confié, est-il toujours ici ?]
 
Les trois individus ont alors compris ce que demandait Lucas.
 
Les couleurs sur leurs visages, déjà bien pâles, s’estompait a mesure que Lucas progressait dans ses paroles.
 
Le Dr Rine Beneke, ressemblant presque a un mort vivant de part sa blancheur stupéfiante cria en se tenant la tête.
 
[C’est une catastrophe ! S’il s’empare de ce médicament, ce laboratoire deviendra une foire au monstres … !]
 
[Une foire aux monstres …. ? Non, en fait je préfère écouter vos détails plus tard. Allons immédiatement chercher le médicament là où il est stocké. Docteur, guidez-moi je vous prie.]
 
[Attendez moi ! Je ne veux pas que vous me laissiez seul !]
 
[Uwaaaaa ! Je viens aussi avec vous !]
 
Ainsi, les quatres personnes se précipitèrent dans la première salle de stockage ou le médicament avait été conçu.
 
Le directeur Da Costa, qui courait pour les rattraper, eu une mauvaise inspiration et arriva derrière eux en titubant
 
[Erf..erf… aaa..ttt..attendez moi]
 
Quand Lucas jeta un coup d’œil derrière lui il pouvait voir les joyaux brillants qui ornaient les bagues du directeur.
 
Mais, Lucas préférait l’ignorer. Il comptait uniquement le protéger en cas de grosse récompense de sa part, c’est-à-dire seulement si nécessaire. Il n’avait pas de temps a perdre avec le Directeur Da Costa.
 
Si nous n’obtenons pas la drogue avant le héros, il ne fait aucun doute qu’il y’aura beaucoup de morts. Et puis si c’est le cas, ma récompense sera réduite.
 
Les trois individus n’admettent toujours pas leur culpabilité. Ce sentiment, mêlé a la mort pesant sur le laboratoire accumule le sentiment d’inconfort et de malaise général.
 
Cependant, la plupart de leurs clients sont tout aussi stupides qu’eux.
Plutôt que dire que Lucas était habitué a ce genre de situation, il souria de manière significative 
 
[C’est donc ici]
 
[Oui… !]
 
Rine Beneke, à bout de souffle réponda à la question de Lucas
Lorsque vous ouvrez, c’est la porte sur laquelle il y est inscrit « Salle de stockage N°1
 
[… ! Non… c’est impossible, ce ne peut pas… !]
 
L’étagère de la salle de stockage était complètement vide.
Pas un seul flacon ne s’y trouvait.
Là ou devait se trouver les médicaments, il y’avait une lettre
 
« C’est la première peine ! Le premier que je trouve en fera les frais ! »
Ce message était écrit en lettre de sang, accompagné d’un dessin qui ressemblait a un griffonnage d’enfant.
 
Il était dessiné la figure de quatre personnes qui pleuraient, comme si elles était entrain de se lamenter.
 
[Est-ce qu’il se moque de…. ?!]
 
[Il pense que c’est juste un jeu,]
 
[JE N’EN PEUT PLUS JE VEUX SORTIR D’ICI]
 
En hurlant, Le Dr Rine Beneke couru vers le mur et ouvra la fenêtre.
Immédiatement après, un cri retenti, la tempête qui faisait rage a l’extérieur du laboratoire, était maintenant a l’intérieur de la pièce.
 
Le Dr Rine Beneke a essayé de sortir par la fenêtre malgré qu’elle était trempée… mais...
 
[Kyaaaaa…. ?]
 
Une sorte de magie la frappée et a percuté violement le mur de la pièce.
 
[Ahh… je vois. Je ne peux pas sortir…]
 
Lucas, aida le docteur Beneke qui était au sol, stupéfaite, à se relever
 
[Merde… nous n’avons aucun moyen de nous échapper. Ce maudit démon vengeur en apportant ce fantôme a pris le soin de bloquer toutes les issues…]
 
Le directeur Da costa murmurait sobrement ces mots.
 
Il s’agit donc du couloir menant au premier étage du centre de recherche.
 
Tout en portant le cadavre du général, j’ai joué mon rôle de médium en marchant de bonne humeur.
Le général jouait de la trompette que je lui ai prété.
 
Son estomac était ouvert, on pouvait y voir ses organes internes.
A chaque fois que vous respirez général, vos poumons bougent, on dirait un jouet !
 
Quelle bonne idée j’ai eu d’amener le général.
 
En plus, avec votre carrure forte vous pouvez aisément porter ces bouteilles de médicament ! Vous êtes vraiment très utile.
 
Tel un clown faisant la promotion de son cirque, il éparpillait des dépliants un peu partout dans le laboratoire.
 
Quand ils nous ont vu, les chercheurs se sont enfuis 
 
A l’intérieur de ces dépliants y étaient inscrites les règles du jeu. 
Bien que le général les ai pourtant énoncées verbalement devant eux.
 
J’ai préparé cet humble outil afin que ceux qui tremblaient de peur face a l’annonce du général, puissent également comprendre.
 
Désormais, tout le monde peut comprendre le jeu ! Il n’y a aucune excuse.
Tous les personnages du jeu s’échappaient, leurs visages pâles et désespérés étaient profondément humoristiques en soi.
 
Le héros prenait tout son temps, il poursuivait les chercheurs lentement en arborant un léger sourire.
 
[Dans dix secondes le jeu commencera !]
 
[Hiii !!! Courez pour vos vies !! Sinon vous y passerez !]
 
[Qu’est ce qui va arriver aux trois patrons ?]
 
[Laissez-les ! La salle de réunion est au dernier étage… vite ! Vous pensez vraiment que j’allais les rejoindre dans une situation pareille ?!]
 
Il est temps.
 
[Mesdames, Mesdemoiselles, et Messieurs ! L’heure du début du jeu est enfin arrivée !]
 
J’ai alors fermé ma montre de poche en regardant les derniers participants s’enfuir au loin.
Je sentais que ma bouche formait un grand sourire des plus naturels.
 
[Allez allons-nous amuser, général !]
[OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOH]
 
Le corps du général était vraiment très excité 
Le général, malgré son corps criblé et ouvert de toute parts, a commencé a pourchasser les enquêteurs avec une force énorme tout en portant les bouteilles de drogue sur son dos
Aucun de ses gestes n’étaient naturels. Tout ce qu’il faisait n’était pas digne d’un être humain normal.
 
Ses bras se balançaient involontairement dans tout les sens, donnant ainsi une gestuelle grotesque.
 
[Voyons général ! Ne te contente pas uniquement de les chasser ! Ta  mission est de retrouver également les joueurs cachés... ! Vas-y, je sais que tu peux le faire !]
 
 
(OHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH]
 
J’ai pointé du doigt un homme qui se cachait derrière un pilier
 
Le général s’est alors rapidement précipité sur la cible et a immédiatement tiré le bras de l’homme qui sorta de sa cachette.
 
Laisse-moi donc lire le nom de cet homme sur sa blouse…
 
[Mhh… Monsieur Jean Baumant, cela n’a donc aucun sens de se cacher derrière les piliers ! Vous savez on pouvait voir votre cul depuis ma position.]
 
[Hiiiii… !]
 
[Général, je t'ordonne de tous les rassembler.]
 
[UOHHHHHHHHHHH]
 
Le bras du général attrapé l’arrière du cou de l’homme et le traîna violemment.
Si jamais le diable vous attrape, vous aurez automatiquement perdu.
J’ai appliqué ma magie de pétrification aux pieds des chercheurs capturés afin qu’ils ne puissent pas s’échapper.
 
Le général confinait l’ensemble des perdants dans un coin du couloir.
 
[Uhaa… uhaa…. Arrêtez-s’il vous plait…]
 
J’ai donc choisi un chercheur en particulier en l’attrapant à la poitrine
 
[Hé,hé. Que dit quelqu’un qui est impliqué dans des soins médicaux ? « Je ne veux pas prendre de médicament amer ... ? »  Oh mais vous ne devriez pas dire de telles choses égoïstes !]
J’ai attrapé la machoir du chercheur et je l’ai forcé a l’ouvrir.
 
[Allez ouvre grand la bouche, c’est l’heure du médicament ~~]
 
Une goûte de liquide bleuâtre coulait sur sa langue
 
A ce moment, le chercheur a commencé à se gratter sa gorge, qui brulait et commençait à souffrir.
 
[Ahh…agahh..ahhhgaaah..]
 
[C’est bien ! Allez après ton médicament il temps pour toi de te transformer !]
 
Le corps du chercheur précédemment frêle et mou est subitement devenu musclé
Un bruit de craquement et de déformation osseuse résonna. 
 
La peau de l’homme qui hurlait de douleur devint progressivement bleue.
 
Ses ongles devinrent étrangement longs et ses pupilles s’ouvrèrent.
 
L’homme, une fois métamorphosé regardait lentement vers moi.
 
Il était courbé, comme une bête sauvage.
 
[Ahh, je vois... Donc ça se passe comme ça]
Les bras croisés, j’ai regardé la naissance de ce monstre.
 
C’étais l’avènement d’un terrible monstre que cette personne appella sobrement
 
« Berserker »
 
 
 
Astuce:

Cliquer sur l'image Fukushuu o Koinegau Saikyou Yuusha wa, Yami no Chikara de Senmetsu Musou Suru 3 act 2 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.