Fukushuu o Koinegau Saikyou Yuusha wa, Yami no Chikara de Senmetsu Musou Suru Chapitre 2 Act 4

Chapitre 2 Act 4: Le Héros Vengeur, le dieu de la guerre qui agissait tel un enfant

Le Héros Vengeur, le dieu de la guerre qui agissait tel un enfant
 
[Oui, c’était purement cruel. Tromper un pauvre enfant naïf. J’étais à la fois idiot et innocent, mais je croyais en tes paroles, tu le savais ?]
Les démons ont attaqué le village. Les démons ont pris la vie de bien des gens.
À cette époque, où je n’étais encore qu’un simple enfant, un horrible évènement restait gravé dans ma tête et donc, c’est pour cela que je le croyais très facilement.
[Je ne veux pas que cela se reproduise encore une fois. Je compte bien anéantir tous les démons, pour tout le monde dans ce pays.]
Ahhhh, quel paradis, ce sentiment de justice tant innocent.
Je ne possédais pas encore les capacités requises afin de comprendre l’essence de ces choses, c’est pour cela qu’on me trompa.
[KUAHAHAHAHA ! Je me demandais bien ce que ça pouvait être mais, peut-on appeler ça une vengeance à cette époque ? (J’en ai mal au ventre tellement je ris)]
Je me moque aussi de mon propre passé. En revanche, toi, tu n’en as pas le droit.
Avec un regard froid, le général rit bruyamment tout en prenant un air triomphant
[FUHAHAHAHA ! C’est vrai, c’est moi qui a brûlé ton village ! Ce fut très amusant d’ailleurs. C’était une très rare occasion de pouvoir commettre autant de meurtre sur un ordre direct venant du roi !]
Les veines flottant dans ses yeux grands ouverts, le général cracha et parla
Moi, je ne pouvais tout simplement pas me pardonner, de ne pas pouvoir te tuer. Tu crois être un homme ? Tu n’es juste qu’un pauvre gamin. Toi, un sauveur ? Alors que tu t’adresses à l’homme le plus fort de tout le pays !?
Ses paroles sont une réelle nuisance, sa jalousie est dégoûtante. 
Il avait l’intention de me provoquer juste par la parole mais actuellement il semble se fâcher contre sa propre personne.
[Ton cerveau est il également composé exclusivement de muscles ?  As-tu toujours été aussi stupide auparavant ?]
J’observais son visage calme et tranquille, Le général n’a pas l’air de m’avoir pas bien compris.
L’ambiance devient de plus en plus dynamique.
[Je vais te faire souffrir, te tourmenter avec ces souvenirs ! Tu veux peut-être en savoir plus sur ce jour, où j’ai dévoré ta mère ?!]
[……]
[C’étais très amusant, elle a prié pour sauver la vie d’un enfant mourant ! Et comme c’était une occasion parfaite, j’ai cuisiné cet enfant devant ses yeux. Ta mère était vraiment délicieuse. Sa chair était douce et bonne pour une roturière.]
Devant le général qui bavait, je secouais les épaules.
[Hé, t’en as encore pour longtemps ?]
{Qu’est-ce que tu dis ?]
[J’suis déjà au courant de tout, rien d’original. Tu me gaves.]
Lorsqu’il manigança avec la chevalière Sandra afin de m’inviter, ce village subissa alors le même sort.
À cause d’un certain idiot, on se demande qui c’est ?
[Ah et, même si ce n’est pas toi qui me la raconté, j’étais déjà au courant de tout ça. c’est pour cela que j’ai utilisé ta femme afin de reproduire la même scène qu’à l’époque.]
Même si au final, ce sont les enfants du général qui ont fait ça.
[Bien sûr, c’est moi qui leur ai ordonné de le faire afin de transformer le cadavre en sculpture ou en sapin de noël.]
[Bon, le ton a changé mais tu insistes toujours sur ton titre de « plus fort du pays » maintenant ?]
[Abruti ! Si on te retire ton titre de héros tu n’es rien d’autre qu’un pauvre gamin arrogant ! Quelqu’un de ton genre ne fais pas le poids face à moi ! Je vais te punir immédiatement !]
Avant ma mort, le général était très ennuyé de s’autoproclamer le plus fort.
Il était très inquiet à l’idée que quelqu’un lui prenne sa place et s’efforçait de sourire a chaque fois qu’il y songeait. Je pense qu’il aurait mieux valu lui faire savoir directement.
Mais selon lui rien ne changera, il est le plus fort et soutient son discours fermement.
Alors je vais lui prouver.
[Général, c’est ton jour de chance je vais m’amuser avec toi.]
J’ai bougé légèrement mon index par pure provocation. 
[Tes enfants se trouvent dans le cachot du château. Si tu parviens à me vaincre, tu pourras aller les sauver.]
[FUHAHAHA ! très bien, après t’avoir vaincu nous profiterons de ta chair avec mes enfants !]
Le général poussa alors un grand cri tout en tenant son épée.
 
[UOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOH]
Grace à la magie du général, la zone qui était normalement recouverte de feuilles, arbora maintenant une large flamme pâle.
[À L ATTTTTTTTTAQUE !!!]
Au sol le général se déchainait, une épaisse lumière traversa la zone.
L’épée magique qu’il possédait tremblait. La flamme brulait violemment.
[FUM
Il est lent, bien trop lent. J’ai esquivé son attaque tout en me foutant de sa gueule
[Hahaha, ta prétendue force n’est en fait qu’une vaste connerie général !]
D’un son lourd, il enfonça son épée dans le sol.
Cette fois-ci, le général tourna son épée et la secoua de coté afin d’invoquer une grande flamme bleue, brûlante qui fonçait droit sur moi. Mais elle est bien trop lente.
[FUAHAHA TU AS VU ÇA « HÉROS » ? »]
Le général riait aux éclats au-delà de l’épaisse fumée noire.
Tu fais une tête étrange général, voyons voir.
[Qu’est ce qui te rend si heureux ?]
Quand il me vit sortir de la fumée intact, l’expression du général se raidit.
[HA….]
Il est évident qu’il ne compte pas me frapper à nouveau, sa précédente attaque était pathétique.
[IMPOSSIBLE !]
[Hé, mon pote ! Alors, ça roule ? Pas trop dégoûté de ne même pas m’avoir effleuré après tant d’attaques ?]
Le général, la gueule grande ouverte, cligna des yeux plusieurs fois, comme s’il pensait que ce n’était pas réel.
[BOUAHAHA ! Tu es le meilleur général ! On dirait que tu m’aimes bien]
La raison pour laquelle il m’a laissé attaquer était pour voir mon visage.
Son rire ne s’estompa pas si facilement sur sa gueule de con, ça dépasse mon imagination.
[Haaa…. J’ai bien ri. Mais maintenant, c’est à mon tour d’attaquer.]
J’ai alors tendu ma main en l’air et je l’ai activée.
En un instant, avec un bruit sourd une épée magique noire apparut dans mes mains.
Le général m’a attaqué avec une épée, donc on va suivre sa logique.
Vu que les combats d’épées ont l’air d’être sa spécialité  je compte bien le ridiculiser dans son domaine de prédilection.
Tu verras, Tu trouveras cela probablement très gratifiant.
[Qu’est ce.. Qu’est ce que tu crois faire avec ton bras tout mince ? Tu penses pouvoir m’abattre avec une épée pareille ? »
[JE VAIS]
[UH]
Secouant son épée, le général s’arrêta désespérément. 
Lorsque deux épées magiques se heurtent, cela émet un son puissant.
[Bon je vois que tu es pressé général, je vais en finir rapidement… A bientôt !]
L’instant suivant, l’épée du général vola dans les airs. Non, pas seulement l’épée, le général aussi.
Il s’écrasa en suite dans le grand arbre où était suspendue sa femme et tomba dans la mare de sang
[Haa.. Haa..]
T'es pathétique. Tu n'étais pas censé être le plus fort ? Toi qui te vantais d'être le meilleur ?
[Pas encore…Pas encore !]
Le général qui essaya de se relever, tenta d’attraper son épée magique qui était coincée dans le sol.
[Abandonne, tout ce que tu feras sera vain et inutile.]
Je lacérais le corps du général de coup de pieds tout en le regardant.
[Uhhh]
[Tu ne comprends donc toujours pas ? tu avais déjà perdu au moment même où tu as décidé de dégainer ton épée.]
[Je ne peux pas perdre, sous aucun prétexte !]
La joue au sol et le sable aux lèvres, le général ne ressemblait plus qu’a un ver se tortillant de douleur à même le sol.
[Ahhhh…]
Bon, comme tu ne peux plus rien faire et que je suis très gentil, je vais continuer comme ça.
[Allons, allons, un peu d’entrain tout de même]
J’ai sorti mon drapeau qui me servait afin d’égayer les domestiques.
Ah et, si tu veux savoir, il s’agit d’un objet magique que j’ai conçu. Il m’est donc possible de le retirer et le planter librement.
[Aller, t'y es presque !]
Des bulles coulaient de la bouche du général qui suait, mais ce dernier atteigna enfin son épée.
Allez c’est à mon tour.
[HUARG]

[Huaaah]
Juste avant que le général atteigne son épée, d’un coup violent je le renvoyais au point de départ.
Notre petit jeu continue toujours. Ce général est vraiment persistant.
Mais bon je pourrais continuer encore et encore. On a répété cette scène une bonne dizaine de fois.
Puis à la fin, le général arrêta de bouger et commença à pleurer.
[Ahh, j’ai perdu, j’ai perdu…]
[Attends HÉ HAHAHAHAHA ! STOP ! C EST MAUVAIS DE TA PART ! TU VEUX QUE JE MEURS DE RIRE ?]
[J’ai été vaincu….] 
[ARRÊTE , ARRÊTE JE N’ARRIVE PAS ME RETENIR TELLEMENT C’EST DROLE, MAINTENANT TU PLEURES ?]
Sans accepter la réalité, le général savait qu’il était juste devenu une merde qui chialait par terre.
Il était devenu une créature qui ne pensait plus à rien, ni à sa femme, ni à ses enfants.
[Haa… Ça y est tu acceptes enfin tadéfaite, général ?]
Le général, si fier de son statut de plus fort , n’est plus. Il est mort, tout éclat de vie en lui a disparu.
Désormais, j’ai atteint mon premier objectif. Il n’est plus nécessaire de le combattre. 
[Laisse moi te débarrasser de « cela » tu n'en as plus besoin.] 
[Fort bien]
J’ai d’abord attaqué l’épée du général qui était coincée dans le sol, puis j’ai lancé une attaque magique.
Celle-ci est apparue après la dispersion de la fumée de l’explosion, révèle alors tout ce qui reste désormais , des fragments de son épée brisée.
Très bien. Maintenant je vais casser ceci.
[Général, juste « attends » où tu es ]
[Hein]
J’ai tourné l’épée qui était dans la paume de ma main, comme si je jouais avec.
Alors que je la faisais tourner, cette dernière se changea en une flamme noire qui s’accumula dans mon bras.
De cette manière, j’agitais mes mains dans sa direction.
[…. ?]
[AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH]
Deux mains fraîchement coupées tombèrent ainsi de son corps au sol.
Le général commença alors à s’agiter dans tous les sens tandis que du sang frais coulait a flot de ses poignets.
[Et bien, maintenant je vais guérir tes blessures, tiens-toi tranquille.]
Tu sais, j’ai fais la même chose pour ce qui s’est passé avec Victoria. 
Afin qu’il ne meure pas immédiatement suite à une trop grosse hémorragie, j’ai rapidement refermé les plaies de ses poignets.
Le sang s’arrêta alors et la chair recouvrit alors ses poignets, laissant ainsi deux moignons.
Le général qui a perdu ses deux mains fut abasourdi.
[Non, impossible… ce n’est pas… ça ne peut pas être mes mains par terre devant moi..]
[Ceci est la fin de notre petit jeu, désormais je veux commencer la production..]
Le général regardait avec un regard vide, ses deux mains , inertes devant lui.
Il semble ne plus du tout m’écouter.
Sa mentalité est bien trop faible.
[Hey, faisons une pause. Ce ne sera plus drôle si tu ne restes pas sain d’esprit.]
Je me suis donc accroupi devant le général dans l’état dans lequel je l’ai laissé
[Oui oui. Ne t’en fais pas pauvre créature tout ira bien]
[Mes… mes mains…]
[C’est vrai, tes mains ont disparu, c’est vraiment pas de chance hein ?]
Après avoir frotté ses cheveux moites, je lui ai lancé dessus ma magie de lumière.
Une lumière a la fois chaude et paisible.
Cette magie permet aux gens de se calmer et de sauver leur cœur, elle a également forcé le cœur du général à se rétablir

[Héros… mer… PUTAIN JE NE TE PARDONNERAI PAS]

[Ahh et bah voilà, t'es de retour général. Aller, on y retourne, on va pouvoir rejouer ensemble !]
J’ai regardé le général au sol et j’ai souri.

 

 

 

 

Astuce:

Cliquer sur l'image Fukushuu o Koinegau Saikyou Yuusha wa, Yami no Chikara de Senmetsu Musou Suru 2 Act 4 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.